À la recherche d’un ADN environnemental - Anses - Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail Access content directly
Journal Articles Les cahiers de la Recherche. Santé, Environnement, Travail Year : 2020

À la recherche d’un ADN environnemental

Abstract

La schistosomiase (ou bilharziose) est une maladie chronique causée par des trématodes (vers parasites) du genre Schistosoma. Après la première émergence de l’été 2013 où 106 cas autochtones ont été diagnostiqués en Corse (rivières Cavu, Solenzara, Osu et Tarcu), de nouveaux cas ont été décrits chaque année de 2015 à 2019. Pour améliorer la surveillance environnementale, le projet MOLRISK propose donc de détecter l’ADN du mollusque vecteur et du parasite dans l’eau. À ce jour, cette technique dite de « recherche d’ADN environnemental » existe pour différents parasites comme les trématodes , les dinophytes ou dinoflagellés , les champignons…
Fichier principal
Vignette du fichier
2020_CDLR_boissier_recherche_ADN_environnemental.pdf (812.87 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Publisher files allowed on an open archive

Dates and versions

anses-03108466 , version 1 (13-01-2021)

Identifiers

  • HAL Id : anses-03108466 , version 1

Cite

Jérôme Boissier. À la recherche d’un ADN environnemental : Un nouvel outil pour inférer le risque de propagation des maladies infectieuses transmises par les mollusques d’eau douce en Europe. Les cahiers de la Recherche. Santé, Environnement, Travail, 2020, La lutte antivectorielle, 15, pp.24-27. ⟨anses-03108466⟩
112 View
128 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More