Avis de l’Anses relatif à « l’évaluation de l'impact des activités en forêt sur les risques d’introduction et de diffusion de la Peste Porcine Africaine sur le territoire national ». Première partie - Archive ouverte HAL Access content directly
Reports Year : 2019

Avis de l’Anses relatif à « l’évaluation de l'impact des activités en forêt sur les risques d’introduction et de diffusion de la Peste Porcine Africaine sur le territoire national ». Première partie

(1) , (2) , (3) , (4) , (5, 6) , , (7) , (8) , (3) , (7) , (9) , (10) , (11) , (11)
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11

Abstract

Deux cas de Peste Porcine Africaine (PPA) ont été confirmés en Belgique le 13 septembre 2018 sur des sangliers sauvages en Belgique (commune d'Etalle), à une quinzaine de kilomètres de la frontière. Une zone infectée a été définie (couvrant près de 63 000 ha) au sein de laquelle toute chasse, toute activité forestière et tout mouvement de porcs domestiques ont été interdits. En France, une zone d’observation renforcée (ZOR) couvrant 133 communes sur trois départements a aussi été définie et, le 08/10/2018, un arrêté ministériel a interdit la chasse et toute activité d’exploitation, de travaux forestiers, de chargement et de transport de bois, l’accès et le déplacement des personnes et des biens au sein des forêts, afin de limiter les mouvements de sangliers. Le 12 octobre 2018, les autorités belges ont procédé à une modification de leur zonage en scindant la zone infectée en trois zones avec des mesures redéfinies selon les zones et applicables à partir du 15/10/2018. Dans la zone d’observation renforcée belge, la chasse aux sangliers et aux autres espèces est interdite sauf la chasse à l’approche, à l’affût et en battue silencieuse. Les activités d’exploitation et travaux forestiers y sont autorisées. En France, suite à ces évolutions et aux recommandations des experts de l’Union européenne (visite en France les 18 et 19/10/2018), la signature d’un nouvel arrêté a conduit à réduire la ZOR à 53 communes et à ré-autoriser la chasse (sans chien) ainsi que toutes les activités forestières citées ci-dessus. La reprise de ces activités a été justifiée à la fois par les résultats favorables de la surveillance ainsi que par la nécessité de coordonner les mesures de part et d’autre de la frontière. Cependant, ces activités de chasse, d’exploitation et de loisir en forêt qui ont été ré-autorisées ne semblent pas faire consensus quant à leur impact sur les mouvements de sangliers et la diffusion de la PPA sur un territoire. De plus, l’objectif de diminution drastique et rapide des populations de sangliers dans la ZOR ne pourra, de l’avis des fédérations de chasseurs, être atteint avec une chasse sans chien. Dans ce contexte, et en prévision d'une évolution sanitaire défavorable éventuelle, la DGAL a saisi l’Anses le 16 novembre 2018 (cf annexe 2) pour une évaluation du risque représenté par différentes activités humaines sur la diffusion du virus de la peste porcine africaine, qu'il s'agisse d'une diffusion par mouvements de sangliers, ou par transmission indirecte sur des supports inertes (roues de véhicules, bottes, ..). Les activités concernées par la saisine sont les suivantes : - les différentes formes de chasse (à l’affût, à l’approche et en battue), avec et sans chien et leur fréquence (notamment les battues) ; - le tir de nuit avec ou sans utilisation de silencieux ; - les activités d’exploitation et de travaux forestiers (coupes de bois, martelage, débardage, chargement de grumes,..) - les activités de loisirs au sein des forêts, individuelles (promeneurs, ..) ou collectives (manifestations sportives). En Belgique, à la date du 27 novembre 2018, 184 cas de PPA ont été confirmés sur des sangliers sauvages dans la zone infectée. Par ailleurs, le zonage en Belgique a été modifié le 23/11/2018 en concertation avec la Commission européenne : la zone infectée est désormais divisée en 3 zones : une zone II issue de la fusion entre la zone cœur et la zone tampon (zones où sont constatés les cas de PPA chez les sangliers), une zone I Nord, considérée comme une zone d’observation renforcée au nord de la zone II et une zone I sud, également considérée comme une zone d’observation renforcée au sud de la zone II. Deux clôtures de type Ursus sont déployées en Belgique : plus de 30 km de clôtures d'1m20 de hauteur ont été installées entre Valansart, Virton et Aubange sur la ligne de démarcation entre la zone II et la zone I sud. En outre, des clôtures électriques ont été installées et sont entretenues par les fédérations de chasseurs le long de la frontière franco-belge.
Fichier principal
Vignette du fichier
SABA2018SA0250.pdf (2.46 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Explicit agreement for this submission
Loading...

Dates and versions

anses-02153889 , version 1 (12-06-2019)

Identifiers

  • HAL Id : anses-02153889 , version 1

Cite

Claude Saegerman, Eric Baubet, Catherine C. Belloc, Eric Collin, Claude Fischer, et al.. Avis de l’Anses relatif à « l’évaluation de l'impact des activités en forêt sur les risques d’introduction et de diffusion de la Peste Porcine Africaine sur le territoire national ». Première partie. [0] Saisine n°2018-SA-0250, 2019, 27 p. ⟨anses-02153889⟩

Collections

ANSES UNAM LARA
62 View
83 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More