Impacts d’une exposition aiguë par voie orale, ou chronique par voie respiratoire, à des nanoparticules de dioxyde de titane et potentiels effets physiopathologiques chez le rongeur - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Bulletin de veille scientifique Year : 2018

Impacts d’une exposition aiguë par voie orale, ou chronique par voie respiratoire, à des nanoparticules de dioxyde de titane et potentiels effets physiopathologiques chez le rongeur

(1, 2)
1
2

Abstract

De par les nombreuses applications innovantes que laissent entrevoir leurs propriétés physiques, chimiques ou biologiques, les nanomatériaux représentent un domaine de la recherche scientifique et technique en pleine expansion. Les nanoparticules sont désormais intégrées à de nombreux procédés industriels et entrent dans la composition de très nombreux produits de la vie courante. L’exposition des populations peut être dans certains cas professionnels (industrie, laboratoires) ou par le biais de sites industriels pour les populations riveraines. Toutefois l’ensemble de la population apparait désormais exposée aux nanoparticules en raison de leur omniprésence, notamment dans l’alimentation (additif alimentaire). Les impacts potentiels de ces molécules sur les populations sensibles et vulnérables comme les enfants, particulièrement consommateurs de bonbons et autres produits chargés en nanoparticules, sont préoccupants puisque certaines études chez l’animal révèlent la survenue de lésions au niveau digestif et pulmonaire (12,13). Néanmoins les données expérimentales ne sont pas pour l’instant suffisamment étayées pour établir réellement une démarche de prévention des risques.
Fichier principal
Vignette du fichier
Gay-Queheillard_Jerome_BVS_n33.pdf (468.14 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Explicit agreement for this submission

Dates and versions

anses-01816875 , version 1 (15-06-2018)

Identifiers

  • HAL Id : anses-01816875 , version 1

Cite

Jérôme Gay-Quéheillard. Impacts d’une exposition aiguë par voie orale, ou chronique par voie respiratoire, à des nanoparticules de dioxyde de titane et potentiels effets physiopathologiques chez le rongeur. Bulletin de veille scientifique , 2018, 33, pp.15-18. ⟨anses-01816875⟩
249 View
219 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More