Détection de nanoparticules manufacturées dans l'eau potable et les additifs alimentaires

Abstract : Les nanoparticules (NPs) manufacturées ont été développées et utilisées au cours de la dernière décennie dans de nombreux do-maines, allant de l'optique jusqu'à la remédiation environnementale, en passant par l'électronique, les produits ménagers, les cos-métiques ou encore les produits de santé (1). Sur la base de la définition des nanomatériaux proposée par l'Union européenne (2), les NPs sont reconnues comme ayant au minimum une dimension dans la gamme 1-100 nm (3). La production de produits contenant des NPs augmente année après année, et on estime que ce marché devrait atteindre les 3000 milliards de dollars US en 2020 (4). Il en découle une inévitable dissémination des NPs dans le milieu naturel (5) et une potentielle exposition de l'homme. Le secteur agro-alimentaire est parmi les principaux vecteurs d'exposition identifiés (6) : les aliments, ainsi que l'eau de boisson, peuvent con-tenir de façon volontaire ou non des NPs manufacturées et donc impacter directement l'homme. Il faut disposer des outils nécessaires « en aval » pour détecter et mesurer leur présence dans les produits de consommation cou-rante tels que l’eau. L’enjeu est donc d’importance en termes de santé publique dans la mesure où l'on ne connait pas les effets à très long terme de cette exposition sur l’homme. D’autre part, les enjeux de la détection sont clairement posés « en amont » pour les producteurs dans le cadre de la mise en oeuvre de la Réglementation européenne REACH (voir pour cela la page de la commission européenne: http://ec.europa.eu/environment/chemicals/). Dans ce contexte, il apparaît indispensable de rechercher la présence de nanoparticules dans les produits de consommation ingérés par voie orale, mais aussi de développer des outils et des démarches analytiques permettant de lever les verrous de la nanométrolo-gie (concentrations de l'ordre du bruit de fond analytique, présence naturelle des éléments constitutifs des NPs). Les articles de recherche sélectionnés ici répondent à ces attentes : l'étude réalisée par Donovan et al. vise à évaluer, par la tech-nique de la spICPMS*, l'efficacité des procédés couramment utilisés dans le traitement de l'eau potable pour éliminer les nanoparti-cules de dioxyde de titane, d'or et d'argent. Barahona et al. proposent quant à eux une approche systématique originale et multi-technique, afin de détecter la présence de nanoparticules dans une sélection d'échantillons d'additifs de silice amorphe de grade alimentaire (réf. E551). Caractérisation par spICPMS
Type de document :
Article dans une revue
Bulletin de veille scientifique Santé Environnement Travail de l'ANSES, 2017, pp.8-12. 〈http://bvs.mag.anses.fr/〉
Liste complète des métadonnées

https://hal-anses.archives-ouvertes.fr/anses-01532239
Contributeur : Sophie Guitton <>
Soumis le : vendredi 2 juin 2017 - 15:56:31
Dernière modification le : mardi 29 mai 2018 - 12:51:03
Document(s) archivé(s) le : vendredi 15 décembre 2017 - 09:48:28

Fichier

BVS-mg-031-Sivry.pdf
Accord explicite pour ce dépôt

Identifiants

  • HAL Id : anses-01532239, version 1

Collections

Citation

Yann Sivry. Détection de nanoparticules manufacturées dans l'eau potable et les additifs alimentaires. Bulletin de veille scientifique Santé Environnement Travail de l'ANSES, 2017, pp.8-12. 〈http://bvs.mag.anses.fr/〉. 〈anses-01532239〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

109

Téléchargements de fichiers

81